Startups : 4 conseils pour réussir son implantation au Luxembourg

Startups

Publié le : 14 septembre 20215 mins de lecture

Le Luxembourg compte de nombreuses grandes entreprises. Mais le pays ouvre également ses portes aux entrepreneurs qui souhaitent y créer des start-ups. Par ailleurs, les démarches à suivre pour s’y implanter ne sont pas très compliquées. Vous avez une idée d’entreprise et souhaitez la concrétiser dans ce pays ? Voici quatre conseils afin de vous aider à réussir votre implantation au Luxembourg.

1. Établir un business plan

Le business plan est un outil incontournable pour un projet de création d’entreprise au Luxembourg. En effet, ce document mentionne et détaille les points clés de ce dernier. Il prouve également la viabilité économique de la start-up sur le long terme. Par ailleurs, il est indispensable pour convaincre les banquiers et les investisseurs à financer votre idée d’entreprise. Sachez qu’il vous est possible de recourir à des professionnels pour réaliser votre business plan. Par exemple, vous pouvez vous rapprocher d’un cabinet d’experts comptables. C’est une excellente option pour bénéficier d’un dossier bien fait. Beaucoup de dirigeants s’orientent également vers des prestataires sur Internet. Ces derniers mettent à leur disposition des outils leur permettant d’optimiser la gestion administrative de leur entreprise. Sur Internet, les offres sont multiples. Renseignez-vous au préalable sur les compétences du prestataire choisi afin d’éviter les mauvaises surprises.

2. Choisir le statut juridique de votre start-up

Quels que soient leurs secteurs d’activité, les entrepreneurs doivent choisir une forme juridique pour leurs start-ups. C’est une étape à ne pas prendre à la légère puisque de votre choix découlent vos obligations légales ainsi que votre protection sociale. Au Luxembourg, les entreprises individuelles sont les plus répandues. Avec ce statut, vous êtes le seul à prendre toutes les décisions concernant votre start-up. Vous investissez dans sa création vos actifs personnels et êtes l’unique responsable à l’égard des tiers. Il vous est également possible de créer une SARL ou société à responsabilité limitée si vous lancez votre projet avec d’autres associés.

Avec ce statut, vous séparez vos biens personnels de ceux de votre start-up. Ainsi, en cas de dettes, vous n’êtes responsable qu’à la hauteur de vos apports. Pour ce statut, il est nécessaire d’avoir un capital de départ de 12 500 euros. Afin de faciliter les démarches de création d’entreprise et d’inciter les entrepreneurs à lancer leur projet, le Luxembourg a créé en 2017 la forme juridique SARL-S (une SARL simplifiée). Elle est identique à la SARL, mais avec un capital minimum très accessible de 1 euro.

3. Trouver un siège social

Après le choix de la forme juridique, vous devez choisir une adresse pour le siège social de votre start-up au Luxembourg. Ce choix nécessite de bonnes réflexions puisque l’adresse choisie figurera sur tous les documents que votre start-up établira : contrats, bulletins de paie, etc. À cet effet, la loi luxembourgeoise établit diverses contraintes qu’il convient de connaître. Par exemple, elle impose que les entrepreneurs disposent d’une véritable infrastructure physique à l’adresse choisie comme siège social. Ainsi, il n’est pas possible de choisir une simple boîte aux lettres en tant qu’adresse de domiciliation. Si vous comptez y lancer une activité de prestation de services, votre start-up doit disposer d’un bureau au siège social que vous avez choisi. Dans le cas d’un projet de création d’entreprise dans le domaine artisanal, la loi impose la présence de l’atelier à l’adresse choisie.

Seules les sociétés civiles telles que les SCI ainsi que les sociétés patrimoniales peuvent domicilier leur siège social auprès d’un domiciliataire. Ce dernier doit être une structure professionnelle comme un cabinet d’avocat, de notaire, une banque, etc. Afin de minimiser les dépenses, beaucoup d’entrepreneurs souhaitent toutefois domicilier leur start-up à leur propre domicile. Cette solution est possible, à condition d’équiper le logement d’un bureau ou d’un atelier en fonction du secteur d’activité.

4. Se doter d’outils pour bien gérer votre entreprise

Afin de suivre l’évolution de votre entreprise, il est essentiel d’avoir des outils de gestion efficaces. Pour faciliter votre gestion financière, pensez à vous doter d’un logiciel de tableaux de bord. Celui-ci vous permet de visualiser facilement les performances de votre start-up. Ce qui facilite vos prises de décisions stratégiques. Vous devez également doter votre start-up d’un outil de facturation complet. Ce logiciel vous permet d’établir facilement des factures professionnelles, de créer des devis qui peuvent par la suite être convertis en factures, de gérer les statuts de vos diverses factures, d’avoir une vue d’ensemble sur vos fournisseurs et vos clients ainsi que de lier les factures aux paiements. Certes, ce type d’outil a un coût. En revanche, il va vous faciliter de manière importante la vie. Il vous permet de réaliser un gain de temps notable et d’optimiser votre stratégie à l’international. Assurez-vous seulement que le logiciel choisi est ergonomique et facile à prendre en main.

Plan du site